Running Mouchou

Marathon des Sables 2012

 

Le Marathon des Sables : Bien plus qu’une aventure sportive, une aventure humaine inoubliable !

 

Pour fêter mes 30 ans, un défi : courir le Marathon des Sables, la course à étape la plus difficile au monde. 250 km dans le désert marocain en 6 jours, en autosuffisance (seule l’eau étant fournit par l’organisation). Des températures atteignant 52 degré le jour et 0 degré la nuit. On m’avait prédit l’enfer. J’en suis revenu comblé. Il y aura toujours un avant et un après Marathon des Sables.

Cette année, près de 1000 participants se sont retrouvés sur la ligne de départ, de 20 à 80 ans, originaires de 48 pays. Une diversité culturelle mais un but commun : réussir à terminer cette course et mériter le titre de « Finisher » du Marathon des Sables.

Sous une canicule de plomb, les dunes succèdent aux jebels. Un paysage magnifique à perte de vue. Le sac à dos semble de plus en plus lourd à chaque pas. 10kg à porter pendant une semaine, le dos souffre. Les jambes aussi évidemment. Mais le plus redouté par tous les concurrents sont l’état des pieds. Les ampoules sont le pain quotidien des coureurs. Certains ont les pieds en sang et ne peuvent même plus pauser le pied au sol. 

Après 34H de course, certains n’auront pas plus de 10H de récupération avant de devoir repartir pour 12H de course. Alors la solidarité entre concurrent n’a pas d’égal. Les premiers arrivés préparent la tente et le feu pour les suivants. Les derniers concurrents sont toujours les plus acclamés par l’ensemble du bivouac. Leur courage est immense.

Chaque jour son lot d’abandons. Trop de fatigue, trop de souffrance, plus assez de nourriture ou plus assez d’eau. Les larmes des concurrents sous la tente des Doc Trotter est monnaie courante. Et pour la plupart des coureurs, toujours la même rengaine une fois la ligne d’arrivée franchit : essayer de récupérer au mieux des 40km du jour pour préparer au plus vite ceux du lendemain. Se réhydrater, manger et surtout soigner ses pieds et son dos malgré les conditions d’hygiène précaire.

Le final dans les Dunes de Merzouga est éblouissant. Les plus hautes dunes du Maroc sont aussi les plus difficiles. Cette dernière étape en apothéose laisse place aux larmes. Mais cette fois aux larmes de joie ! Après tant d’effort et 1 an et demi de préparation, le rêve est réalisé. Des images pleins la tête, le retour à la civilisation vers Ouarzazate se fait le sourire aux lèvres. Chacun commente ses péripéties de course et ses rencontres avec les berbères au détour d’un oasis. Des images magiques qui resteront à jamais graver dans la mémoire des concurrents. Le Marathon des Sables est bien plus qu’une aventure sportive, c’est une aventure humaine inoubliable.

 

Running Mouchou

 

PS : Un énorme merci à tous mes sponsors sans qui toute cette aventure n’aurait pas été possible, notamment www.exploreyourlimits.com , www.nutratletic.com, www.falieres-nutrition.com, www.studiocommunication.fr, www.nonamesport.com et www.biocenose-groupe.com .

 

 

 

 



26/04/2012
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 200 autres membres